15/06/2006

salle des pas perdus

J'ai vu la honte saigner d'un regard, celle de tendre une main pour récolter des déchets de richesse.

J'ai vu des têtes penchées vers des pieds abîmés serrant encore un écriteau de fortune.

J'ai vu des corps emballés, recroquevillés dans des cartons d'écrans télé.

J'ai vu des yeux ivres et veinés de fuir leur pénible réalité.

Dans la salle des pas perdus, les pas se perdent, les regards se perdent, personne ne voit personne, l'écho de la foule rend sourd et aveugle. Je les vois tous les jours ces gens qui courent après le temps, que le temps rattrape au tournant, qui se dépêchent pour ne pas devoir s'arrêter car s'arrêter c'est mourir un peu disent-ils ... moi quand je m'arrête, je ne meurs pas, je vois et c'est dans mes yeux que naît la honte.

 

 

20:23 Écrit par fab | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.